Artricle fond

Records d’arrivée de migrants à Ceuta

Demain Citoyens !

 

Lundi 7 mai 2021, c’est près de 8000 migrants qui ont passé la frontière entre le Maroc et l’enclave espagnole de Ceuta. Parmi eux, on trouve cette fois beaucoup de jeunes partis seuls, mais surtout, chose plus rare : de jeunes enfants, de sept-huit ans, accompagnés de leurs familles.

Pour le gouvernement espagnol, un tel afflux de migrants n’est pas un hasard. La ministre de la défense espagnole, Margarita Robbes, qualifie cette situation d’« agression » des frontières de l’Espagne et de l’Union européenne. Elle dénonce un moyen de chantage de la part des autorités marocaines, qui auraient utilisé ces jeunes enfants en les laissant passer. Pour le Premier ministre, Pedro Sanchez, c’est un avant tout un « manque de respect ». Bruxelles aussi a pris la parole : « Personne ne peut intimider ou faire chanter l’Union européenne […] sur le thème migratoire » a déclaré le vice-président de la Commission européenne Margaritis Schinas.

Depuis un mois, les relations entre l’Espagne et le Maroc sont tendues. En avril dernier, l’Espagne a en effet accueilli l’ennemi juré du Maroc, le chef sahraouis des indépendantistes du front Polisario, pour qu’il se fasse soigner. Lundi, l’ambassadrice du Maroc a donc été convoquée par le gouvernement espagnol, avant d’être rappelée au Maroc pour « consultation » par le ministre des affaires étrangères marocain. Devant la gravité de la situation, le Premier ministre espagnol s’est lui-même rendu sur place dès 15 heures.

A Ceuta, tout a été mis en place pour empêcher les migrants de pénétrer l’enclave. Ils arrivent par la plage, où ils sont bloqués par un cordon de sécurité. De l’autre côté, les autorités espagnoles n’ont pas hésité à utiliser des gazs lacrymogènes et à déployer des blindés. Ceux qui essaient tant bien que mal de passer les grillages se font systématiquement refouler. Pour eux, passer en Espagne, c’est leur seul moyen de survie. Il n’y a plus rien pour eux de l’autre côté de la frontière : pas de travail, pas d’argent… Réussir à franchir la frontière, c’est une possibilité d’avoir un avenir meilleur pour ces migrants, mais aussi d’offrir un futur plus avenant à leurs enfants. Pour grand nombre d’entre eux, peu leur importe de mourir tant qu’ils passent la frontière. En traversant à la nage, certains prennent tous les risques. Un jeune homme s’est ainsi noyé lundi dernier. La vidéo d’un bébé secouru par un membre de la Guardia Civil a fait le tour du monde.  Les ONG craignent d’ailleurs que les enfants soient victimes de la brouille entre les deux pays. Jusqu’à présent, les autorités espagnoles ont renvoyé au Maroc 5600 personnes sur les 8000 arrivées lundi, y compris des enfants accompagnés de leur famille.

Et pourtant, malgré la volonté des autorités de tenir les migrants à l’écart de la ville, les habitants de Ceuta ont fait dans l’ensemble preuve de solidarité et se sont émus de leur sort. Beaucoup leur ont apporté à boire et à manger. La vidéo de Luna, une jeune volontaire donnant ainsi à boire à un jeune homme à elle aussi fait le tour du monde.

Pour les chefs du gouvernement, ce n’est qu’une tentative de chantage du Maroc pour faire pression sur leurs frontières. Une vengeance pour avoir accueilli le chef ennemi et lui prodiguer des soins. Une vengeance dont 8000 civils désespérés vont donc faire les frais.

 

Source image : France Inter

Louise