Artricle fond

Gustavo Dudamel et l’utopie musicale vénézuélienne

Demain Citoyens !

 

Le Chef d’orchestre superstar, le vénézuélien Gustavo Dudamel a été nommé directeur musical de l’Opéra de Paris pour un mandat de 6 ans. A 40 ans à peine, il devient le premier Latino-américain à occuper le poste au sein de la prestigieuse institution parisienne. Il a été formé par un programme vénézuélien inédit qui a pour objectif principal de permettre l’émancipation de tous par la musique, et de ne pas réserver la musique classique à une « élite ».

 

Le produit « del Sistema » :  

Grâce au programme « El Sistema », des milliers d’enfants vénézuéliens défavorisés ont découvert la musique, certains sont même devenus d’immenses chefs d’orchestre comme Gustavo Dudamel. Selon ce dernier, «  la musique est un outil puissant dans la société de changement social et de construction des citoyens ». Dans un pays gangréné par la criminalité, la musique classique devient donc une fierté nationale.

 

Naissance du projet :

En 1975, dans un garage, le chef d’orchestre visionnaire José Abreu, économiste et pianiste, propose des cours de musique à des enfants issus de milieux sociaux défavorisés. Selon lui, « quand un enfant chante ou joue dans une chorale, il n’est pas dans un gang ». Il conçoit une méthode d’apprentissage alternative de la musique qui permet une intégration sociale des jeunes défavorisés. L’apprentissage se fonde sur 3 piliers : commencer très jeunes, pratiquer intensément, travailler collectivement dans l’orchestre. Cette méthode d’apprentissage va se développer dans tout le pays dans le but de défendre la pratique individuelle et collective de la musique à travers des orchestres symphoniques.  

 

« El sistema » un projet d’utilité sociale :

« El sistema » est placé sous la tutelle du ministère des services sociaux et non de la culture. L’Etat a financé intégralement ce programme pendant plus de 40 ans. C’est le président controversé Hugo Chavez, qui a débloqué le plus de fonds en faveur de cette cause. Mais la situation désastreuse dans laquelle se trouve le Venezuela d’aujourd’hui sous la présidence de Nicolas Maduro met en péril la pérennité du programme ayant pour valeurs principales la  démocratisation et l’accès à tous et pour tous à une formation musicale reposant essentiellement sur le financement public.

En 2007, une banque a calculé que chaque dollar investi dans « El sistema » récolte 1,68 dollars en dividendes sociaux. Ce programme entraîne donc selon l’étude de la banque en question une baisse des décrochages scolaires et de la criminalité.

 

Un programme inspirant :

« El sistema » est reconnu par l’UNESCO, une trentaine de pays s’en inspirent comme le Mexique, la Grande Bretagne, et la France, qui a vu le programme « Demos » se mettre en place.

 

Un renouveau pour l’opéra de Paris :  

Gustavo Dudamel a dirigé les institutions musicales les plus renommées, partout dans le monde. Après avoir dirigé depuis 2009, l’opéra philharmonique de Los Angeles, le prodige Vénézuélien rejoint l’Opéra de Paris. Les principes du « Sistema » irriguent la pensée de Gustavo Dudamel. Ses valeurs : partage, émancipation, éducation, accès à l’art du plus grand nombre et notamment au profit des moins favorisés sont au cœur de l’action qu’il mène. Des visées qu’il entend poursuivre à l’Opéra de Paris.

 

Source image : Sceneweb

Margaux Le Goff