Artricle fond

Patrick Dupond, un ambassadeur de l’art de la danse est décédé.

Demain Citoyens !

L'ancien danseur étoile et juré de l'émission « Danse avec les stars » est mort ce vendredi 5 mars 2021 des suites d'une « maladie foudroyante ». Il avait 61 ans.

Son œuvre

Patrick Dupond était l'une des plus grandes étoiles de l'Opéra de Paris et de la danse en général. Il a réussi à démocratiser l’art de la danse et à se faire connaître du grand public en ne dansant pas seulement à l’opéra mais en participant à différentes émissions, telle que Danse avec les stars sur TF1 en 2018 et 2019 dans laquelle il était membre du jury.

Son parcours

Après avoir pris des cours de football ou de judo, c’est finalement la danse qui séduit Dupond. Max Bozzoni, un ancien élève de l’Opéra de Paris, le repère et devient son maître en lui inculquant ses savoirs. Patrick Dupont entre à l’Opéra de Paris à 10 ans et y suit sa formation de danseur professionnel.

Il se fait connaître en 1976 en remportant la médaille d'or du concours international de ballet de Varna en Bulgarie. Danseur virtuose, il est nommé danseur étoile de l'Opéra national de Paris en 1980 et rencontre un succès considérable en France, ce qui ne l'empêche pas de connaître une glorieuse carrière internationale.

Des chorégraphes comme Maurice Béjart, John Neumeier, Rudolf Noureev, Alvin Ailey, Roland Petit, Youri Grigorovitch, Alwin Nikolais ou Twyla Tharp lui confient les premiers rôles. En plus des nombreux ballets qu'il a interprétés, il a également joué et dansé dans plusieurs films et créé le groupe Dupond et ses Stars, avec Sylvie Guillem, Monique Loudières, Fanny Gaïda, Manuel Legris, Jean-Marie Didière et la pianiste/chef d'orchestre Elizabeth Cooper. Ce groupe fera le tour du monde pendant deux ans.

En 1990, il devient directeur de la danse du ballet de l’Opéra national de Paris, succédant ainsi à Noureev. Il quitte cette fonction en 1995, puis l'Opéra de Paris en 1997, licencié, selon ses mots, pour « son insoumission et son indiscipline ».

En janvier 2000, il est victime d'un grave accident de voiture qui le contraint à la fois à une réhabilitation physique et à réapprendre à danser. Il connaît une période de dépression et d'alcoolisme, dont il finit par sortir. Il remonte ensuite sur scène.

Il est aussi l'auteur d'une autobiographie intitulée Étoile et parue chez Fayard en 2000.

En août 2017, il annonce l'ouverture d'une école internationale de danse à Bordeaux avec Leïla Da Rocha, sa nouvelle compagne.

Son héritage

L’annonce de sa mort a créé une onde de choc chez ses anciens collègues, dans le monde de la culture, de la politique et auprès du grand public. Dans un communiqué, l'Opéra de Paris a fait part de son «  émotion  » et de sa «  profonde tristesse  » après la disparition du danseur. «  Sa personne et son nom resteront attachés à un pan de l'histoire de l'institution ». 

Gilbert Collard, député du Rassemblement National, a évoqué une légende et Bastien Lachaud, député La France Insoumise, a parlé d’un « ambassadeur d’excellence ». En effet, Patrick Dupond était un ambassadeur de la culture française à l’étranger de part ces nombreux voyages et ces représentations spectaculaires en France et dans d’autres pays.

Patrick Dupond, ambassadeur de la culture française et de l’art de la danse n’a cessé d’inspirer danseurs et amateurs de par ses prestations et sa détermination. Il fut honoré de nombreuses décorations telles que celles de Commandeur de l’ordre des Arts et des Lettres en 1988, de Chevalier de l’ordre national du Mérite en 1990 et de Chevalier de la Légion d’honneur en 1997.

Il restera sans doute l’un des danseurs les plus populaires de ces dernières années et sera peut-être encore à l’origine de découverte de vocation. De nombreux danseurs peuvent en effet lui dire : « Adieu Monsieur Dupond et MERCI ! ».

Source image : Paris Match

Marine C.