Artricle fond

La crise économique au Liban

Demain Citoyens !

 

Considéré autrefois comme la Suisse du Moyen-Orient, le Liban est aujourd’hui au bord du gouffre : il traverse une grave crise économique. Les longues années de guerre, de violence et de corruption ont laissé des traces dans le pays. Tout cela aboutit en août 2020 à une explosion dévastatrice dans le port de la capitale Beyrouth dont personne ne veut assumer la responsabilité.

 

La situation actuelle du Liban résulte de son Histoire.

Jusqu’en 1917 l’actuel Liban fait partie de l’Empire Ottoman. Lors de la première guerre mondiale, l’Empire Ottoman est allié de l’Allemagne et perd la guerre. La France et le Royaume Uni qui sont les vainqueurs se partagent donc le territoire. Ils tracent de nouvelles frontières au Moyen Orient sans tenir compte des différences ethniques et religieuses des territoires. Le Liban regroupe donc des Musulmans chiites, maronites, sunnites, des Chrétiens orthodoxes, des Catholiques, des Druzes… et tous ces groupes ethniques doivent cohabiter au sein du même pays.

La création de l’Etat d’Israël entraine un exode massif de Palestiniens musulmans vers le Liban. Celui-ci est donc morcelé par des tensions communautaires, qui entraînent une guerre civile entre Musulmans et Chrétiens en 1975. La guerre a trouvé son issue par les accords de Taëf. C’est un système démocratique multiconfessionnel qui se crée et qui met fin à la guerre civile Libanaise. Les pouvoirs sont donc partagés entre les différentes communautés.

La classe politique libanaise est fragmentée en communautés, et ce système politique est accusé d’ingérence, de corruption et de clientélisme. En effet, depuis la fin de la guerre civile, les infrastructures du pays sont toujours en déliquescence et les libanais connaissent des pénuries chroniques d’électricité et d’eau potable.

- Dans le pays, c’est plus du quart de la population qui vit sous le seuil de pauvreté

- Le Liban est le troisième pays le plus endetté au monde selon le FMI.

- Là-bas, 1% des plus riches possède 40% des richesses du pays. 

Mais alors pourquoi est-ce que le Liban en est arrivé là ?

Le Liban est un pays qui produit très peu et qui dépend essentiellement de l’importation. Ce pays était appelé la Suisse du Moyen Orient car les banques libanaises avaient des taux d’intérêt très élevés, ce qui a attiré des investisseurs du monde entier. Mais dès le début de la guerre en Syrie en 2011, l’instabilité dans la région entraine une perte de confiance chez les investisseurs qui ne placent plus leur argent au Liban, ce qui entraine une forte baisse du court de la livre libanaise. La valeur de celle-ci baisse, et devient inférieure à celle du dollar. Il est donc plus cher pour le Liban de faire importer tous les produits dont il a besoin. Les salaires des libanais ne changent pas tandis que le coût de la vie, lui, augmente significativement. De nombreuses familles se retrouvent donc dans le dénuement, certaines même en situation de détresse alimentaire, alors qu’elles faisaient auparavant partie de la classe moyenne. Le peuple libanais s’est réuni de nombreuses fois pour protester, il demande donc aujourd’hui la démission de la totalité du gouvernement pour créer un régime politique laïc.

La pandémie aggrave la crise économique et le pays peine à renouveler son gouvernement. Le jeudi 22 avril, le premier ministre libanais Saad Hariri a rencontré le pape François, qui a affirmé sa volonté de se rendre au Liban, mais a fait de la formation d’un gouvernement l’une des conditions principales de sa visite.

Source image : France Info

Margaux