Artricle fond

Cuba : La passation de pouvoir de Raul Castro

Demain Citoyens !

 

Une page qui se tourne :

Après 56 ans à la tête du parti communiste cubain, vendredi 16 avril, Raul Castro quitte son poste de secrétaire général du parti. Pour la première fois c’est un civil qui dirigera le parti, l’actuel président de la république : Miguel-Diaz Canel. Un universitaire diplômé en ingénierie et ancien ministre de l'Enseignement supérieur (2009-2012), qui bien que n’ayant pas participé à la révolution cubaine, affiche de solides références au sein du Parti communiste cubain, qu’il a intégré en 1997. Cette transition survient alors que le pays traverse une crise économique sans précédent depuis trente ans. Une lourde tâche attend donc le nouveau secrétaire général du parti, qui a affirmé sa volonté de travailler dans la continuité de la gouvernance des deux frères Castro.

 

Un pays qui fait face à de nombreuses difficultés :

Raul Castro lui lègue un pays en lutte contre la pandémie mais souffrant également d’un embargo et de sanctions économiques qui avaient été renforcées par Donald Trump. Les idéaux de la révolution cubaine apparaissent aujourd’hui comme nettement essoufflés, et Cuba doit faire face à des pénuries alimentaires, à la corruption, et à l’étouffement du secteur touristique avec la crise du Covid. Il faut donc remobiliser la population pour préserver ce que Raul Castro considère comme les acquis et les avantages de la révolution cubaine. En 2020, le PIB s’est effondré de 11%, c’est la pire chute de ces trente dernières années, la situation est donc très critique d’un point de vue économique.  

 

De nouvelles relations avec les Etats-Unis :

Dans son discours de départ, Raul Castro a appelé à un dialogue respectueux entre Cuba et les Etats-Unis. Lors de sa campagne Joe Biden avait promis de revenir sur certaines sanctions américaines qui affectent l’île des Caraïbes, mais depuis le début de son investiture, il n’a pas encore évoqué ses relations avec Cuba.

 

Source image : El Litoral

Margaux